Gabriel Noureev

Description:

Goule Vinculum

Goule de Carmen Amraud

Bio:

Je n’ai jamais été particulier. A ma naissance, nul n’aurait deviné que j’entreprendrai de longues études en psychanalyse poussée, encore moins que j’aurais pour ambition de devenir un profiler. Peut-être ai-je été trop nourri par les séries policières, où je voyais un Monk extraordinaire relier de minuscules détails entre eux et résoudre ainsi chaque mystère qui s’offrait à lui.
Que je sois psy comme ma mère eut été compréhensible, mais que je suive la voie de Freud afin de me mettre au service de la police ? Les garçons rêvent d’être policiers, sauf que moi, j’étais de ces gamins qu’on inscrivait en cours de piano. Je ne voulais pas vraiment m’identifier à ces personnes que mon père méprisait par leur manque d’éducation.

Mes parents n’ont pas été très présents dans ma vie, nous menions chacun une vie paisible, loin l’un de l’autre, nous croisant à l’heure des dîners et parfois en week end lorsque je daignais sortir mon nez de mes livres. Ainsi, lorsque je suis allé vivre à Paris, loin de mon Aix-en-Provence natale, les séparations ne furent pas douloureuse.
A l’université la vie a été un bonheur, j’avais enfin des professeurs – pour les moins amers- avec qui je pouvais discuter ainsi que des camarades passionnés par les mêmes sujets.
C’est après une longue année de célibat que Carmen apparut dans ma vie. Je l’a croisée parfois aux cours les plus tardifs, toujours à boire les paroles du professeur et noter avec passion ses mots. Cependant, je n’ai jamais osé l’approcher. Personne, d’ailleurs, ne semblait à l’aise en sa présence. Elle m’intriguait, il est vrai, mais comme d’autres personnes à l’époque, ce n’était pas non plus le fantôme que je recherchais à chaque instant de ma vie, loin de là. Elle était juste une question dont je ne voulais pas spécialement connaître la réponse.
Au bout de six mois de présence intermittente, il y a eu cette semaine où je la croisais tous les jours. C’est à ce moment là que nous nous sommes adressés la parole une première fois. Elle estvenue vers moi, avec un sourire amical et ce regard était-ce son regard? qui me mettait mal à l’aise. Elle m’avait demandé une explication concernant le cours et, sans que je ne le sente venir, m’avait proposé si je souhaitais passer la soirée avec elle. Cette façon si claire de présenter les choses m’a beaucoup plu sur le coup et son minois n’était pas à me déplaire.
Pour ce qui est de la soirée chez elle, je ne m’en souviens pas vraiment. Je me souviens m’être réveillé chez elle, nu, un peu plus tard dans la nuit… ah, je me souviens aussi d’un étrange plaisir, comme mêlé de violence… je ne savais pas vraiment, mais j’avais conclu ce que mon slip à terre m’avait suggéré…
Je me sentais faible. Aussi, me suis-je rendormi sans prêter attention à celle qui m’observait. A mon réveil, le matin, elle avait disparu.
Cette semaine était souvent parsemée de nos rencontres nocturnes, le deuxième soir, elle s’est entaillé le doigt et m’a offert de boire son sang avec un regard plein d’une fascination que je ne comprenais pas. Sur le coup, je m’étais dit que ce devait être un étrange rituel de gothiques, mais très vite, je me sentis enivré par cette essence divine qu’elle m’offrait. C’en fut fini pour moi, dès cet instant, je ne cessais de penser à elle, au plaisir que me procurait son sang, au plaisir d’offrir le mien…
A présent je sais ce qu’elle est et cela me passionne encore plus d’en découvrir un peu plus sur le mystère qu’elle incarne. Tout un nouveau monde à découvrir, avec de nouvelles règles.
Carmen a tendance à me faire très peur, mais ça fait partie de son charme. Je n’arrive pas à imaginer ma vie sans elle… malgré ce visage ignoble qui hante mes cauchemars et terrorise mes journées.

  • Ce que Guillaume de Larsemois pense de lui :
    Qui donc? Gabriel? une goule de Carmen? Carmen a une goule? Je ne m’en étais jamais aperçu!
    Attendez… sisi je me souviens vaguement l’avoir vu l’autre jour… hélas je n’ai pas la mémoire des visages insignifiants!

Gabriel Noureev

Monde des Ténèbres : Paris CerberusXt Kirmaezys